Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Qui, Suis-Je

  • : Le blog de Hadria RIVIERE
  • Le blog de Hadria RIVIERE
  • : "Une conscience aigue de Soi et de l'Autre permet d'ouvrir les portes de la liberté..." Hadria RIVIERE
  • Contact

FEMMES REBELLES...

undefinedDAHYA…DAHIYA….DIHYA…KAHENA… (.. ?-700). 
 
http://www.berberescope.com/l'histoire_des_Berberes_yahoo.htm


FATMA TAZOUGHERT DITE LA ROUGE (1544-1641)
http://fr.wikipedia.org/wiki/Fatma_Tazoughert


Fatma-N-Soumer.jpg

LALLA FATMA N’SOUMER (1830-1863) -DITE LA JEANNE D'ARC DU DJURDJURA
www.1novembre54.com/frame.php




FADHMA AIT MANSOUR AMROUCHE (1882-1967)

http://fr.wikipedia.org/wiki/Fadhma_A%C3%AFt_Mansour_Amrouche

 

Rechercher

Archives

LES TOUAREG, SONT EN DANGER!

 

LA VIE DES TOUAREG

CULTURE, HISTOIRE "des hommes bleus" :

Les origines Préhistoriques et paléoberbéres des TOUAREG là :

http://www.amazighworld.org/studies/articles/touareg_histoire.php

Et, là :

http://www.ac-nancy-metz.fr/Pres-etab/lapicque/Opinfo98/Pourcher/vie.htm


L'HISTOIRE DE LA REVOLTE TOUAREG :

 

http://latelelibre.fr/index.php/2008/02/niger-un-chef-touareg-temoigne/

 

 Là :

http://conflitsoublies.blogspot.com/2008_04_01_archive.html

 

Et, là :

 

http://www.caravaneducoeur.com/lestouareghistoi/index.html

 
MENER, La lutte, en musique ! 

 



27 mai 2009 3 27 /05 /mai /2009 08:38


OU

 

LES ZELES SERVITEURS DE L’ETAT ENFERMENT, TORTURENT, HUMILIENT…

 

UNE VIEILLE TRADITION FRANCAISE !!!

 

… »Un peuple qui, oublie son passé,  

se condamne à le revivre « 

Winston Churchill

  

Hier :

 

… »Au lieu de faire la police avec nos soldats, nous la faisons avec les policiers et les gendarmes de Pétain. C'est une économie appréciable ". Adolph Hitler

 

Aujourd’hui, les Impérialistes Usionistes sont, en mesure d’affirmer la même chose…

 

 

HISTORIQUE DU CAMP DE BRENS (Tarn)

 

 

UN CAMP DE CONCENTRATION POUR LES FEMMES

 

 

Le 1er septembre 1939, l’attaque de la Pologne par le Reich  allemand ouvre les hostilités.

 

Dans les tous premiers jours du mois d’octobre, l’ordre est donné aux préfets du sud de la France de faire face à l’arrivée éventuelle des réfugiés.

 

Ainsi les autorités préfectorales tarnaises réquisitionnent le 16 octobre 1939 au sud de Gaillac dans la commune de Brens, une propriété de près de 2 hectares appartenant au comte de Noblet.

 

Une situation géographique proche des départements de la Haute-Garonne, du Tarn et des liaisons faciles vers Montauban, des possibilités de dessertes fluviales, la voie ferrée expliquent ce choix

  

Le 31 décembre 1941 le camp de Bren vient d’être retenu par la direction de police nationale pour l’installation d’un « camp de concentration ».

 

Il a été décidé d’en faire un camp de femmes, en remplacement de celui de Rieucros –Lozère- qui s’avérait trop exigu.


Celui-ci avait été ouvert le 12 septembre.

  

1939 pour  recevoir les étrangères et les françaises « suspectes », les condamnées de droit commun et les femmes internées pour mauvaise conduite.

  

LA POPULATION

 

En février 1942 350 femmes sont comptabilisées.

Le chef de camp demande le 3 juin 1943 à ce que les enfants en bas âge ne soient plus acheminés avec leur mère, car la situation ne permet plus d’assurer à ceux-ci une vie matérielle convenable.

 

Brens a été le seul camp spécifique de femmes de la zone sud.

 

1150 prisonnières y ont une expérience concentrationnaire.

 

La police nationale prend des mesures pour faire conduire par les préfectures de zone libre les « juifs apatrides » qui ont franchi la ligne de démarcation.

 

Le 26 août 1942 la police française lance la grande rafle anti-juive dans la zone libre. Brens livre sont contingent d’internées :

 

31 partent rejoindre les camps d’Auschwitz.

 

D’horizons géographiques divers, elles ont été arrêtées dans différents départements et certaines ont connu le camp de Rieucros avant celui de Brens : près du quart sont accusées de propagande communiste, la plus âgée a 56 ans, la plus jeune a 17 ans.

 

Le 2 septembre 1942 elles sont transférées à Drancy.

 

En toute une quinzaine de nationalités coexistaient au camp.

 

Le quotidien

 

Une infirmerie sera terminée en mai 1942.

Des cours sont organisés par les détenus elles-mêmes, et en  particulier des cours de langue, mais la censure veille, et le 25 novembre 1943 les cours de littérature sont supprimés car données par une institutrice communiste.

 

Pour les enfants, souvent d’origine espagnole, l’épouse d’un inspecteur des renseignements généraux dispense un enseignement élémentaire en français.

 

A chaque manifestation les sanctions tombent brutalement :

 

Interruption de courrier et des colis interdiction des visites, isolement des coupables.

On agit de même pour chaque évasion.


Une vingtaine d’évasions ont été réussies dont une a réussi à traverser le Tarn.

 

Une quinzaine ont été échoué.

 

Les évasions sont solitaires, sauf celle du 5 mai 1944 où 5 femmes parviennent à s’enfuir.

 

Leurs complices son sanctionnées, 8 jours d’isolement complet.

 

La fin du camp et la mémoire

 

Désaffecté après la libération du Tarn, Brens reprend sa fonction carcérale pour héberger le 20 décembre 1944, 273 collaborateurs tarnais arrêtés qui attendaient leur procès et qui auparavant été internés au camp de

Saint-Sulpice.

 

Fin 1945 alors que le camp se vide peu à peu de ses occupantes renvoyées dans leurs foyers, les autorités françaises prennent la décision de le dissoudre.

 

La décision devient effective en avril 1946, mais l’ordre de réquisition de 1939 est annulé par  le préfet du Tarn, le terrain et les baraques sont évacuées, mais aussi réoccupées par  l’Union Départementale des Syndicats de la Haute-Garonne qui en fait un camp de vacances.

 

En janvier 1948, le terrain est récupéré par son propriétaire monsieur Noblet d’Anglure ainsi que le pavillon et les baraques sont vendues à des particuliers.

 

BRENS… SOUS DIVERSES FACETTES

LA :

 

http://apsicbr.free.fr/brens.htm

 

LE CAMP DE CONCENTRATION DE GURS

 

Du premier au dernier jour du camp, son administration et sa garde ont toujours été assurées exclusivement par les autorités françaises.

 

QUELQUES DATES

 

Avec une capacité " d'accueil " de 18500 personnes, le camp de Gurs est le plus grand camp du sud de la France.

 

Construit en 42 jours, de mars à avril 1939 pour interner les combattants de l'armée républicaine espagnole vaincue par le franquisme, il sera utilisé ensuite comme centre d'internement pour les indésirables du régime de Vichy et deviendra l'une des bases de la déportation des juifs en France.

15 mars au 25 avril 39 :

 

 construction du camp

 

Printemps et été 1939 : le camp " héberge " les combattants de l'armée républicaine espagnole et les volontaires des Brigades internationales réfugiés en France

 

- 5 avril 1939 : arrivée des premiers réfugiés basques
- avril-août 39 : arrivée au camp des combattants républicains espagnols : Basques, aviateurs, internationaux, espagnols
- septembre 39 à mai 40 : arrivée des réfugiés espagnols

 

Eté 1940 : internement des "indésirables"

 

De mai à juillet 1940, le camp regroupe des réfugiés arrêtés dans l'agglomération parisienne, des politiques français, des réfugiés politiques basques,


Les réfugiés basques espagnols et les Espagnols sans papiers seront en grande partie transférés à Rivesaltes :-qui, sera ensuite utilisé-reclyclé pour y enfermer « les Harkis et leurs familles »

 

Les femmes allemandes (juives ou apatrides, réfugiées politiques ou économiques, femmes fuyant plus généralement le nazisme) sont rassemblées le 15 mai 1940 au Vel d'Hiv, internées à Gurs et libérées à la fin de l'été 1940.

Les indésirables français : militants communistes -la majorité-, syndicalistes, socialistes, anarchistes, droits communs, quitteront Gurs pour le camp de Nexon la même année.


22 juin 1940 : Armistice

 

D'octobre 1940 à novembre 1943, des juifs sont regroupés au camp de Gurs en attendant leur déportation -juifs allemands expulsés du Pays de Bade, réfugiés juifs d'Europe centrale-.

- 22 octobre 1940 : rafle de 6.538 juifs du Pays de Bade, du Palatinat et de Sarre (1.125)
- 24 et 25 octobre 1940 : arrivée à Gurs des juifs badois -les autres sont déportés à Rivesaltes-
Origine des juifs badois :
- Mannheim : 2.335
- Heidelberg : 1.380
- Karlsruhe : 750
- Firbourg-en-Brisgau
- Constance
Près de 1 sur 8 mourra au camp de Gurs -820 décès-

- 1er novembre au 31 octobre 1940 : nouveaux


internements de juifs en provenance :


- des camps de Brens et de Rivesaltes qui sont fermés
- arrestations arbitraires de juifs raflés chez eux par la police de Vichy ou à la suite de contrôles d'identité, d'opérations de police à caractère racial et de chasses aux suspects étrangers – hier les juifs aujourd’hui les musulmans, les arabes, les noirs…les étrangers -Habitants des pays du Sud…Pays Colonisés, pillés, par ceux qui, aujourd'hui les enferment...


Inlassablement l’histoire se répète…

Mais, un jour l’histoire sous le regne sarkozien sera écrite, étalée au grand jour, comme fut écrite et vite oubliée celle de Pétain…

 

Les déportations à Auschwitz via le camp de Drancy

Entre octobre 40 et novembre 43 :


- 3.907 juifs sont déportés à Auschwitz via Drancy
- 1.038 décès
- 910 évasions

- 6, 8 et 24 août 42 : 6 convois partent de Gurs pour Drancy : 1710 hommes et femmes
- 1 septembre 42 : un convoi de 502 hommes et femmes
- 27 février 1943 : un convoi de 925 hommes et femmes
- 3 mars 1943 : un convoi de 770 hommes

 

Tous sont livrés à l'Allemagne Nazie par les policiers français, les listes sont dressées par les directeurs du camp de Gurs. Ces hommes et ces femmes périront à Auschwitz.

 

Mars 43 : invasion de la zone libre

1 novembre 43 : le camp est dissout mais pas fermé.

 

Il reste 229 internés.

9 avril 44 : internement de 26 nomades français
5 juin 44 : internement de 151 femmes (politiques, droits communs, prostituées)
25 août 44 : à la libération du Béarn, tous les internés sont relâchés

 

Après la libération, le camp sert de site d'internement pour les trafiquants du marché noir, les petits collaborateurs et des prisonniers de guerre allemands.

 

30 août 44 : internement de 310 soldats allemands
26 octobre 44 : un premier groupe de collaborateurs entre à Gurs.

 

 Il y en aura jusqu'à 1.585 qui seront tous libérés par la suite.
12 octobre 44 au 31 septembre 45 :

 

1.475 combattants ou réfugiés espagnols anti-franquistes sont internés -anciens maquisards FFI qui combattent le régime franquiste depuis le territoire français capturés aux postes frontière-.

 

Ils sont très vite libérés

 

Le camp est définitivement fermé le 31 décembre 1945.

 

Les baraques encore utilisables sont vendues aux enchères en 1946.

 

Les autres sont brûlées par mesure d'hygiène.

 

Une forêt est plantée sur les lieux du camp.

 

 

LA DEPORTATION


D'août 42 à février 43, six convois partiront de Gurs pour conduire 3907 personnes à Auschwitz via Drancy

 

 

LES INTERNES DE GURS

26 641 juifs originaires d'Allemagne, de Pologne et d'Autriche

25 577 Espagnols républicains -dont

6 555 basques-

6 808 volontaires de Brigades internationales originaires de 52 pays

1470 français

63 gitans

 

Ces informations sont extraites de l'ouvrage Le camp de Gurs, de Claude Laharie (voir la bibliographie).

 

Un témoignage :

 

… »Il y a des pays où les gens aux creux des lits font des rêves ...

Antonio ! Je m'appelle Antonio. J'étais anarchiste, anarchiste espagnol.

 

En 36, j'ai cru au bonheur, à la liberté.

 

J'ai espéré ne plus devoir attendre, aligné avec mes camarades contre le mur de l'église, que les propriétaires daignent me choisir pour cueillir les olives ou les amandes dans leurs champs.

 

J'ai rêvé d'un monde plus juste, j'ai rêvé de pouvoir donner du pain à mes enfants.

 

Et puis, il y a eu Franco. Avec tant d'autres, j'ai hurlé " no pasaran ". Je me suis battu. J'ai cru mille fois mourir à Madrid ou ailleurs ...

Ils sont passés !

 

Je me suis battu encore jusqu'à ce que cela ne fût plus possible, jusqu'au bout de mes forces, avec ma vieille pétoire, avec mes poings.

 

Mon père a été fusillé dans la cour de la ferme, devant sa femme, devant mes jeunes frères, parce qu'il refusait de crier " Vive Franco ". Ma mère est folle aujourd'hui. Folle de douleur ... Ils sont passés !

 

Trahi par Staline, vaincu par Franco, j'ai traversé les Pyrénées. Exténué, j'ai rejoint la France.

Et j'attends. J'attends comme un voleur.

 

J'attends parmi les damnés, les éternels vaincus de l'Histoire. J'attends dans la boue, dans le froid, prisonnier au pays des libertés.


J'attends de pouvoir un jour retourner au pays. J'attends de revoir ma femme, mes enfants.

 

Que sont-ils devenus ? Et ma mère, et mes frères ?

Demain, après-demain, dès que possible, je m'enfuirai, j'irai les rejoindre.

 

Ici, ma vie n'a plus de sens. Et puis, il y a cette crasse, l'humidité des baraques de planches, les barbelés, la solitude, le déshonneur.

Malheur aux vaincus ! Ici, rien n'a plus de sens !

 

Il doit bien y avoir un pays où les gens aux creux des lits font des rêves ... »

 

Reconnaissance éternelle à ces hommes et femmes grâce auxquels nous avons pu, un temps, posséder des droits, connaître la liberté…Nous les avons trahis, nous avons bradés leurs sacrifices sur l’autel de  notre frénésie consumériste…

 

Et,  aujourd’hui, acculés nous, nous devons de reprendre la lutte pour reconquérir, les droits égarés et,  léguer a nos enfants et, petits enfants…un peu de cette liberté, abandonnée …

 

En savoir plus là :

 

Ce site se veut un lien entre tous ceux qui n'ont pas voulu oublier et ceux qui souhaitent  découvrir ce qu'ont été la barbarie nazie et la collaboration zélée de l'Etat Français de Vichy.

 

http://gurs.free.fr/

 

Là aussi :

http://www.campgurs.org/

 

Fonds photographique sur les camps d’internement français, 1939-1945

 

http://www.numerique.culture.fr/mpf/pub-fr/document.html?id=FR-DC-DAFANCH_013&from1=imgalea

 

L'HISTOIRE DU CAMP

 

L'histoire du camp de Rieucros en Lozère, c'est en 1939 qu'elle débute réellement :

 

La :

 

http://www.rieucros.org/presentationcamp/historique.php

 

 

Aujourd’hui,


Centres/Camps... de rétention :

 

Dedans ou dehors, nous restons aux côtés des étrangers expulsés


Appel à mobilisation et à rassemblement le 2 juin 2009

 

Le 2 juin marquera la fin d'une présence associative nationale et indépendante dans les centres de rétention administrative.

 

La mise en concurrence des associations dans le cadre d'un appel d'offres et l'évolution de la mission associative vers une simple information des personnes au lieu d'une aide à l'exercice effectif des droits, tout cela ne saurait cacher la volonté réelle du ministère de l'Immigration :


affaiblir l'action de la société civile et restreindre l’accès au droit pour les étrangers reconduits, afin de mieux atteindre les objectifs chiffrés d'expulsions.

 

C'est pourquoi La Cimade et ses partenaires associatifs appellent tous les citoyens, les associations, les avocats et les syndicats à se mobiliser et à se rassembler le 2 juin pour affirmer ensemble « dehors ou dedans, nous restons aux côtés des étrangers ! ».

 

La suite là :

 

http://ase.emv3.com/HM?a=A9X7CkHQw,vcsJtINufKo,DhFQ

 


Partager cet article

Repost 0
Published by Hadria RIVIERE - dans Politique
commenter cet article

commentaires

zodo 31/05/2009 18:43

cela va etre difficile de faire un creux, déjà dans une situation pas confortable
bonne après-midi, hadria

PEUPLES OPPRIMES...DEBOUT

LA LIGUE ARABES DES ETATS D'AMERIQUE ...:
LES OCCIDENTAUX DETRUISENT, MASSACRENT, LES PEUPLES MUSULMANS...OCCUPENT...COLONISENT LES PAYS
ET LA LIGUE EST AVEUGLE, SOURDE ET MUETTE...
122-arabe_hypocrisie.jpg

LES PEUPLES SOUVERAINS...S'AVANCENT....VERS... - (Chant du Départ )
La souveraineté a été définie par Jean Bodin (1530-1596) dans son traité "Les Six livres de La République" comme un attribut essentiel de l'État :
"La souveraineté est la puissance absolue et perpétuelle d'une République."
Aucun pouvoir n'est supérieur à la puissance souveraine qui ne peut être anéantie, mais elle n'est pas sans limite (s'exerce sur le domaine public et non privé).
Pour Jean-Jacques Rousseau, le peuple est le seul détenteur légitime de la souveraineté.

En droit, c'est la Constitution qui définit comment s'exerce la souveraineté, quelles sont les institutions qui détiennent le pouvoir et comment elles sont contrôlées.
 
PAYS DETRUITS,
PAYS OCCUPES,
PAYS COLONISES,
PAYS PILLES,
PEUPLES ASSERVIS,
PEUPLES APPAUVRIS, DEPUIS DES DECENNIES PAR UNE OLIGARCHIE AMERICANO-SIONISTE AVIDE AVEC LA COMPLICITE ACTIVE DES PEUPLES OCCIDENTAUX...
      

PALESTINE/PALESTINIENS

 

800px-Flag of Palestine.svg

 

AFGHANISTAN/AFGHANS

LE PROBLEME AFGHAN

 

600px-Flag of Afghanistan.svg

 

 

PAKISTAN/PAKISTANAIS

   

800px-Flag of Pakistan.svg

 

YEMEN/YEMENITES :...Le pouvoir Pro-Us...Tire sur le peuple, comme l'on tire à la foire sur les lapins en plâtre...Sans que cela ne souleve aucune constestation...!!!! 

 

800px-Flag of Yemen.svg

   

ALGERIE/ALGERIENS

 

800px-Flag of Algeria.svg

 

Les politiciens français nient les faits

Crimes d'Etat

Les politiciens français réecrivent l'histoire, en s'offrant le "beau rôle"

  

800px-Flag of Bahrain.svg

Le peuple dit : "Ni Shi’ite Ni Sunnite mais Bahreini».

« Nous ne voulons pas renverser le régime comme certains l’imaginent, et nous ne voulons pas obtenir le contrôle du gouvernement. Nous ne voulons pas des sièges et places ici ou là. Nous voulons être un peuple qui vit dans la dignité et dont les droits sont respectés ».  

Les AL KHALIFA repondent par la repression, les massacres, l'occupation saoudienne, encore plus de tyrannie!!!!

 2882948-4078356

   BAHREIN/BAHREINIS : ...- Monarchie Al Khalifa Et Régime Sioniste Deux Entités Coloniales Racistes Pratiquant Le Nettoyage Ethnique Un Génocide Lent Contre Les Populations Autochtones 

 

Pour ens avoir plus sur la repression là : 

link

BCC800px-Flag of Tunisia.svgC

TUNISIE/TUNISIENS


LE PEUPLE TUNISIEN EXIGE : UNE ASSEMBLEE CONSTITUANTE

Assemblée constituante ?

Une assemblée constituante est une institution collégiale avec pour tâche la rédaction, ou l'adoption, d'une constitution, c'est-à-dire le texte fondamental d'organisation des pouvoirs publics d'un pays. - source Wikipedia

    NOUVEAU DRAPEAU FRANCAIS  

nouveau-drapeau-francais

 

Le peuple français endure quant à lui l'oppression invisible mais tout aussi destructrice que l'idéologie sioniste et l'oligarchie financiére qu'il a lui même installé

 au pouvoir (c'est l'histoire du pendu qui fabrique la corde qui a servi à le pendre)...Si nous voulons casser ces chaines...

 

 

 

 Site source pour les photos:

link

L'ideologie sioniste expliquée par les Chretiens - un rappel historique :

link 

 

Et, si nous nous décidions d'agir...? Comment...? En citoyens/consommateurs/Responsables :

Nous pouvons poursuivre et Renforcer:

boycott israel

________________________________________________________________________________

 

 

 

Et parce que les Yankees sont accros au pétrole...Jamais les peuples de cette planéte surtout ceux assis sur cette mane noire...Ne pourrons vivre en paix, nous avons pour obligation d'arrêter d'idolâtrer ces GENOCIDAIRES YANKEES et, de les aider à tomber plus vite dans la fosse à purin !!!!

 

Mc do sheitan


Catégories

LA NOUVELLE MARIANNE


Elle est française...
Indéniablement elle est  française...
Inévitabelement, elle est française,

Assurément, elle est française,
Formellement, elle est française,
Elle est, française... EVIDEMMENT !

Quand le buste de Hafsia HERZI dans toutes les mairies
de FRANCE?


SAINT VINCENT DE PAUL…SYMBOLE DU DON…


LE DON DE SOI


        SAINT VINCENT DE PAUL
1581-1660

         PRETRE HUMANISTE FRANCAIS

Une conscience aigüe de soi et de l'Autre,
Permet d'ouvrir la porte de la Liberté.
Et,

de la maintenir ouverte à  l'Empathie...A la solidarité !
Hadria Riviere

...FEMMES D'HONNEUR...


MARIE GOUZE DITE OLYMPE DE GOUGES (1748-1793)
http://www.histoire-en-ligne.com/spip.php?article=195


LOUISE MICHEL DITE ENJOLRAS (1830-1905)

http://biosoc.univ-paris1.fr/actu/livres/gauthier2.htm


ROSA LOUISE McCAULEY PARKS (1913-2005)
http://fr.wikipedia.org/wiki/Rosa_ParksD


DOLORES IBARRURI GOMEZ DITE LA PASIONARIA (1895-1989)

http://www.mosaique.levillage.org/miroirs/espasionaria.htm

JUSTICE POUR AAFIA SIDDIQUI

 

dr-aafia-siddiqui-bush-terrorism